Comme une embarcation solidement ancrée dans son port d'attache, notre âme peut résister au gros temps et attendre que l'orage passe, en restant disponible et enthousiaste pour faire équipe avec Dieu. Parce que notre espérance n'est pas vaine, parce que notre foi ne dépend pas des circonstances, notre coeur tient bon pendant les bourrasques et ne se laisse pas étouffer, ou intimider par les gros nuages qui s'agglomèrent autour de nous. La météo des circonstances va changer, l'atmosphère va se dégager,  Malgré les difficultés mon âme ne perd rien de sa saveur parce que je demeure dans la présence de Dieu, et je m'appuie sur sa fidélité.


Ce n'est pas toujours facile de suivre Dieu sans comprendre vraiment où on va, mais quand on s'appuie sur sa fidélité, sur ses promesses, on avance, dans une aventure qui nous mène à bon port. En écrivant cela, je suis consciente que certaines circonstances sont plus douloureuses que d'autres. Pourtant, le désespoir est plus étouffant que la foi et l'espérance. Permettons donc au Saint Esprit de nous consoler, de nous réconforter, de faire régner la paix dans notre coeur de sorte que nous puissions puiser en Dieu les ressources nécessaires pour rebondir et continuer à avancer. 

C'est une décision à prendre pour que le Consolateur parvienne à stabiliser notre coeur et finalement à le restaurer.