L'invitation..


 

Dans l'Evangile de Matthieu, d'où est tiré ce passage (11:28), le Seigneur s'emploie d'emblée, à souligner les desseins de Dieu à notre égard. Il sait que nous sommes accablés par toutes sorte d'angoisses, de pensées obsessionnelles, héritées de nos expériences passées,  et de toutes sortes d'oppressions. 

Notre Père connaît bien le fonctionnement de notre nature pécheresse, ses caractéristiques, ses faiblesses, ses errements, les conséquences de l'impact de notre histoire personnelle et de notre environnement. Il nous voit tel que nous sommes et Il connaît nos souffrances et nos fardeaux. Pour toutes ces raisons, Il a envoyé son Fils unique de sorte qu'en nous identifiant à Lui, par la foi, nous puissions accéder à la paix, au repos qu'Il a prévue, pour chacun.

Il est impossible de vivre ici-bas, sans collecter, parmi les hommes, au plus près de nos histoires, de notre vécu des blessures, des déceptions, des meurtrissures qui affectent notre fonctionnement émotionnel, notre état d'esprit.

 

Pour certains, la détresse généralisée est telle, que seul Dieu peut les guérir, mieux, les restaurer car Lui seul peut pénétrer au plus profond, là où les blessures provoquent les douleurs insupportables. Dieu a pourvu pour chacun une plénitude de vie qui annule les fardeaux, les oppressions en nous envahissant d'un repos, réparateur de brèches, et synonyme de liberté.

 

Chacun doit donc comprendre d'emblée, avant même de pouvoir l'expérimenter vraiment que l'intention du Père pour ses enfants, c'est de les libérer, de les délivrer de toute captivité, de leur rendre la vie qui leur a été volée par l'ennemi. Il s'agit non seulement de réparer, mais aussi de transformer et plus encore de régénérer. Les Ecritures parlent de Nouvelle Naissance, il y a un "avant " et un "après".

 

Il s'agit d'une espérance, qui doit devenir, par la foi, une ferme assurance, une évidence des choses qu'on ne voit pas. Il s'agit de le croire au point de se positionner, de s'ouvrir totalement, de se soumettre absolument, de permettre à Dieu de nous faire cheminer sur la voie de la régénération.

 


Pour aller plus loin...Définition

 

http://www.relation-aide.com/abcdaire.php

 

- Etat pouvant se définir comme un sentiment pénible d'attente, une peur devant un objet, ou comme le sentiment pénible d'un danger imprécis, mal définissable. Angoisse et anxiété sont deux termes désormais souvent utilisés comme synonymes, mais pendant longtemps ils ont été différenciés soit pour exprimer des degrés d'intensité d'un même phénomène (ainsi on classifiait l'inquiétude, l'anxiété puis l'angoisse), soit pour marquer une distinction entre le sentiment d'insécurité indéfinissable (Anxiété) et les sensations physiques de constriction et d'oppression (Angoisse). - Ce sont des états habituellement transitoires et passagers, mais qui se fixent dans certaines pathologies.

 


Haut
Haut

Angoisses et inquiétudes


 

Les inquiétudes, lorsqu'elles s'installent, peuvent générer des angoisses persistantes. Notre Dieu sait que l'avenir semble incertain, et parce que nous avons pris l'habitude d'anticiper, ces horizons nous effraient. C'est pourquoi, le Seigneur Jésus a pris le temps d'enseigner sur de tels sujets.

 

Dès l'ancienne Alliance, Dieu avait prévu et établi que son "juste vivra par la foi". Aucun autre type de relation ne lui est agréable, aucun ne permet une vie en sa présence. Tout est conditionné à notre capacité à nous identifier, chacun personnellement, intimement à Jésus, à établir ainsi avec le Père une relation de confiance absolue qui se construit, se fortifie, tandis que nous cheminons avec Lui, vivant sous son regard. Cette confiance constitue un lien très puissant, permettant au Seigneur de pénétrer dans nos coeurs pour nous envahir de sa paix.

 

Le sujet de l'inquiétude permanente, récurrente est important. Cette inquiétude, anticipant sur les difficultés et obstacles à venir est un obstacle à notre foi, une source de doutes, d'angoisses qui se nourrissent des incertitudes, des regards perplexes que nous posons sur les évènements et sur les situations. L'attitude de foi, le recours systématique au secours du Seigneur, la  capacité à se laisser diriger par l'Esprit de Dieu, nous permettent de trouver, garder le repos de l'âme, synonyme de plénitude et de liberté que notre Seigneur Jésus est venu nous apporter.

 

Soit que l'on s'enracine dans les meurtrissures du passé, leurs effets sans visage et sans nom, souvent inexprimables, soit que l'on se tourne vers l'avenir avec des apréhensions aussi lourdes que des boulets à traîner, les inquiétudes sont alors utilisées par l'ennemi de nos âmes pour nous garder captifs et incapables de suivre Dieu. 

 

J'ai vécu longtemps de cette manière, mais dès ma conversion, j'ai voulu croire et expérimenter les bénéfices du salut. Malgré les douleurs et le poids des angoisses, je me suis lancée dans cette perspective de repos, de paix, j'ai voulu capter cette joie promise. Je me suis perdue dans la louange, dans la contemplation, j'ai saisi l'occasion de me décentrer et de fixer mon attention sur le Seigneur.

 

Plus j'avais envie de le rencontrer, de lui permettre de captiver mon attention, plus je passais du temps en sa présence. J'ai ressenti le besoin d'arrêter de travailler. J'en ai parlé pendant plus de six mois, avant de pouvoir le faire. Puis , j'ai vécu une situation très conflictuelle, dans mon travail et j'ai pris la décision de me mettre en disponibilité. J'ai passé toute une année, à prier, à louer le Seigneur, chaque jour, à l'église. J'ai beaucoup pleuré, sans même savoir pourquoi, mais je me laissais conduire par l'Esprit.

 

J'ai passé du rire aux larmes, des pleurs à la louange, à la méditation. J'ai avalé des livres entiers sur les fondamentaux de la foi, sur la soumission, la présence du Seigneur. Installé à mon bureau, à la maison, dans une pièce spéciale, j'ai froissé jusqu'à l'usure les pages de ma Bible, surligné chaque verset que je recevai par révélation. Je peux affirmer que le Saint Esprit enseigne parfaitement ceux et celles qui ont soif de Dieu. J'ai été vidée de mes fardeaux, ils sont partis par les pleurs, par les rires dans l'Esprit, par la méditation, la prière, les déclarations de foi.

 

Mon coeur a vibré au coeur de la louange et de l'adoration. J'ai investi énormément dans les ressources vers lesquelles l'Esprit me guidait. Je me suis construite une médiathèque impressionante, sans regarder à la dépense. Je ne m'achetait plus de vêtement: pendant plus de deux ans j'ai porté la même robe à chaque culte, sans me préoccuper des autres, moi si dépensière, si coquette autrefois. Je ne m'inquiétais plus de rien d'autre, que de permettre au Seigneur de prendre le contrôle de ma vie. Je n'ai pas eu recours, à des cercles, des personnes spécialistes dans la relation d'aide. Comme l'apôtre Paul, je me suis jetée aux pieds du Seigneur, à l'écart, bien que vivant et m'occupant de mon foyer.

 

Depuis, j'ai repris mes activités professionnelles, mais à chaque congé, chaque vacances, je donne le maximum de temps au Seigneur. J'ai eu l'occasion, à plusieurs reprises de passer beaucoup de temps, en sa présence, seule à seule, après des opérations, en convalescence. Chaque fois, Il m'a fait avancer vers plus de délivrance, plus de liberté, plus de concentration sur Lui, afin que son onction m'envahissent et me restore.

Si j'avais choisi de m'inquiéter, d'essayer de comprendre mes angoisses, en me concentrant sur elles pour en contrôler les effets, je crois que j'y serais encore. 

 

Le problème de l'inquiétude c'est qu'elle se nourrit de nos doutes et incertitudes, elle enflent quand les circonstances deviennent plus difficiles, ce qui est inévitable. L'inquiétude devient alors comme une démangeaison, un cercle vicieux qui provoquent des angoisses souvent tenaces qui agissent comme des éléments qui veulent nous garder fébriles, hésitants, timides, et craintifs. Le problème c'est que cet état d'esprit ne nous permettent pas de gérer efficacement nos situations, elles ne nous permettent pas non plus d'éviter les soucis.

 

Ces inquiétudes, ces angoisses deviennent des filtres qui nous empêchent de voir clair, brouillent nos perceptions et nous affaiblissent. Notre foi ne peut alors nous procurer la vitalité et l'enthousiasme nécessaires à notre soumission à Dieu, pour faire sa volonté. Ces comportements compulsifs d'anxiété peuvent aboutir à des pathologies graves. Si les spécialistes les appellent ainsi, dans les Ecritures cela relève de l'oppression et l'apôtre Paul souligne que nous ne sommes pas ignorants des ruses du diable. Tenons nous donc en garde contre la tentation de laisser nos coeurs être envahis par l'inquiétude...


Haut
Haut

Pour aller plus loin.. Angoisse : définition

Etat émotionnel désagréable se manifestant par plusieurs symptômes psychologiques (ex : nervosité, indécision, peur diffuse, sentiment de problèmes imminents) et physiques (ex : tremblements, nausée, palpitations cardiaques, essoufflement, tension musculaire).

 

http://www.relation-aide.com/abcdaire.php


Témoignage et pistes de réflexion..

Haut
Haut

Tournons vers le Seigneur...


L'antidote spirituel


 

Notre Père a renouvellé à travers de nombreux passages des enseignements sur le sujet de l'inquiétude afin de nous protéger des troubles liés à l'angoisse et l'anxiété. Après nous avoir délivrés, Il tient à ce que nous puissons garder, et même renforcer notre liberté. Jésus Lui-même a précisé que si le Fils de Dieu nous affranchit, nous serons vraiment libres. Nous savons que Dieu a les moyens de tenir ses promesses. Il dit et la chose arrive...

 

La liberté est au coeur du salut, et notre Père ne laisse pas aux hommes le loisir de gérer ce sujet selon leurs connaissances. Quelle que soit notre position sociale, notre statut dans la société, nos ressources, la délivrance est accessible à tous et la paix est garantie pour chacun. Cette promesse, cette accès à la plénitude de paix est un élément essentiel, primordial du salut qui garde nos pensées, nos émotions en ordre de marche, capables de se soumettre à Dieu et de coopérer, par la foi, avec Lui.

 

Certes, notre quotidien, les changemements inopinés dans nos situations peuvent générer des craintes, des besoins, des attentes, des incompréhensions. C'est pourquoi au coeur de la relation de foi, de Père à fils établie entre Dieu et nous, il y a la prière. C'est dans le cadre de ce dialogue avec le Père que nos préoccupations et inquiétudes doivent s'exprimer. Elles trouvent leur place dans le lien qui nous relie à notre Seigneur et Maître, Celui qui seul nous connaît assez profondément pour comprendre et nous permettre de gérer nos émois.

 

Lui seul pourra nous guider vers l'aide nécessaire, qu'il faudra utiliser dans ce cadre, dans le contexte de notre relation avec Lui. Il nous guidera dans la découverte des éléments de connaissance de nous-mêmes, de ses principes, du fonctionnement de notre nature pécheresse, afin que nous coopérions avec Lui pour notre délivrance. Tout cela doit trouver sa source et son aboutissement dans le cadre de notre vie de prière. Même quand nous discutons dans le contexte de la relation d'aide, avec des spécialistes, c'est vers Dieu que nous nous tournons, c'est en Lui que nous cherchons la délivrance. 

 

C'est à Lui que nous nous accrochons, c'est à Lui que nous remettons notre sort, notre passé angoissant, notre avenir incertain, nos tentations à l'inquiétude. Dans cette relation de Père à enfants, tout ce qui nous préoccupe doit être remis entre les mains du Seigneur. Avant même que l'inquiétude ne prenne racine en nos coeurs, il faudra sans cesse vider nos pensées, nos aspirations, nos espérances de tout nuage de préoccupations, de toute remontée d'angoisse, toute tentative d'intrusion doit lui être amenée avec la détermination d'une lutte acharnée pour conserver notre liberté.

 

Si notre Père nous a précisé et souligné le rôle essentiel, primordial de la prière dans le contexte de la gestion de l'inquiétude, de l'angoisse, de l'anxiété. Ce que veut notre Dieu c'est que nos pensées soient renouvelées, libérées et libres de toute sorte d'opression même passagère. Toute larme, tout sujet de tristesse, de frustation, tout souvenir amer, toute tentative de flash back vers le passé, quand ils sont soumis.


Haut
Haut

Tournons -nous vers le Seigneur...

Home
Home