Une nuée de témoins

Dans ces temps où les vocations se manifestent plus difficilement, il m'a semblé important de nous encourager en rappelant le souvenir de celles qui ont oeuvré avant nous, pour faire avancer le Royaume de Dieu. Je prie que ces exemples nous interpellent et nous stimulent à un investissement toujours plus profond dans les oeuvres de Dieu...

Isabella Lilias Trotter (1853–1928) était une artiste talentueuse, protestante et une missionnaire en Algérie, pendant la période Victorienne. Née dans une famille anglaise aisée , elle a très tôt manifesté de grands talents artistiques. Elle était aussi très touchée par les personnes déshéritées. Après la mort de son père, qui a marqué un tournant dans sa vie, à 12 ans, elle a commencé à se consacrer à la prière. Dès sa vingtième année, malgré les encouragements d’autres artistes et les opportunités de carrière, elle a préféré abandonner cette perspective. En 1888, elle a déclaré être appelée par Dieu et s’est engagée en qualité de missionnaire en Algérie. Bien que confrontée à la barrière de la langue et au fait d’être une femme européenne missionnaire dans un pays musulman où le rôle des  hommes est proéminent, elle s’est consacrée à l’enseignement de la foi chrétienne en utilisant ses talents pour les arts et la littérature..

 

Pendant ses dernières quarante  années en Afrique du Nord, Lilias a relaté son quotidien dans des journaux intimes qu’elle a aussi illustrés de magnifiques représentations du désert : dessins et aquarelles. Cinq de ces journaux ont été retrouvés récemment, en Angleterre, dans des collections privées et sont actuellement en cours de restauration.



haut
haut

Amy Carmichael - missionnaire en Inde -


Un jour, depuis un salon de thé à Belfast, elle aperçu dehors, une petite fille, pieds nus, grelotant de froid. Elle murmura, alors: "quand je serai grande, et que j'aurai de l'argent, je sais ce que je ferai, je construirai un endroit spacieux et agréable, pour y loger des petites filles comme celle-là."


Ce fut la première personne assez brave pour libérer des petites filles esclaves sexuelles. Elle construisit un refuge qui abrita jusqu'à plus de mille jeunes filles...


C'est aussi elle à qui on prête ces paroles : " On peut donner sans amour, mais on ne peut pas aimer sans donner"

Elle témoigna ainsi: "La nuit de mon départ pour l'Inde, le 3 mars 1893, ma vie était brisée, au sens  humain du terme, mais cette vie-là a suffit.."


Quel est le secret d'une grande vie ? Une vie entièrement consacrée et vouée à Christ; Une vie qui n'a pas de temps à perdre .." ce sont aussi ses paroles ..

haut
haut

Gladys Aylward est née à Londres en 1904. Elle a travaillé pendant plusieurs années, jusqu’à ce qu’elle assiste à une réunion de réveil, pendant laquelle le prédicateur insista sur la consécration de sa vie au service du Seigneur.


Gladys répondit à l’appel et très vite reçut la conviction d’être appelée en Chine. Elle fut contrainte de continuer à travailler pour épargner puis partit rejoindre une vieille dame missionnaire de 73 ans, en Chine. Elle y arriva après un long périple à travers Vladisvostok, le Japon, et enfin une petite bourgade au Sud de Pékin.


Ce fut dans le cadre de son travail, tandis qu’elle aidait à tenir une petite auberge, qu’elle commença à raconter des histoires à propos de son héros appelé Jésus. Elle prenait le temps de s’entraîner à parler la langue du pays, et après la mort de la dame missionnaire, elle s’appliqua à tenir l’auberge avec l’aide du cuisinier chinois, lui aussi chrétien.

 

.