Cheminer avec Dieu

Luke 24: 13 - 36


13.  Et voici, ce même jour, deux disciples allaient à un village nommé Emmaüs, éloigné de Jérusalem de soixante stades;                


14.  et ils s'entretenaient de tout ce qui s'était passé.                           


15.  Pendant qu'ils parlaient et discutaient, Jésus s'approcha, et fit route avec eux.                                                                 


16.  Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître.         


17.  Il leur dit: De quoi vous entretenez-vous en marchant, pour que vous soyez tout tristes?                                                       


18.  L'un d'eux, nommé Cléopas, lui répondit: Es-tu le seul qui, séjournant à Jérusalem ne sache pas ce qui y est arrivé ces jours-ci? -                                                                                              


19.  Quoi? leur dit-il. -Et ils lui répondirent: Ce qui est arrivé au sujet de Jésus de Nazareth, qui était un prophète puissant en oeuvres et en paroles devant Dieu et devant tout le peuple,


20.  et comment les principaux sacrificateurs et nos magistrats l'on livré pour le faire condamner à mort et l'ont crucifié.


21.  Nous espérions que ce serait lui qui délivrerait Israël; mais avec tout cela, voici le troisième jour que ces choses se sont passées.                      


22.  Il est vrai que quelques femmes d'entre nous nous ont fort étonnés; s'étant rendues de grand matin au sépulcre


23.  et n'ayant pas trouvé son corps, elles sont venues dire que des anges leurs sont apparus et ont annoncé qu'il est vivant.          


24.  Quelques-uns de ceux qui étaient avec nous sont allés au sépulcre, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l'avaient dit; mais lui, ils ne l'ont point vu.


25.  Alors Jésus leur dit: O hommes sans intelligence, et dont le coeur est lent à croire tout ce qu'ont dit les prophètes!


26.  Ne fallait-il pas que le Christ souffrît ces choses, et qu'il entrât dans sa gloire?


27.  Et, commençant par Moïse et par tous les prophètes, il leur expliqua dans toutes les Écritures ce qui le concernait.           


28.  Lorsqu'ils furent près du village où ils allaient, il parut vouloir aller plus loin.                                                     


29.  Mais ils le pressèrent, en disant: Reste avec nous, car le soir approche, le jour est sur son déclin. Et il entra, pour rester avec eux.  


30.  Pendant qu'il était à table avec eux, il prit le pain; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna.     


31.  Alors leurs yeux s'ouvrirent, et ils le reconnurent; mais il disparut de devant eux.      


32.  Et ils se dirent l'un à l'autre: Notre coeur ne brûlait-il pas au dedans de nous, lorsqu'il nous parlait en chemin et nous expliquait les Écritures?


33.  Se levant à l'heure même, ils retournèrent à Jérusalem, et ils trouvèrent les onze, et ceux qui étaient avec eux, assemblés                


34.  et disant: Le Seigneur est réellement ressuscité, et il est apparu à Simon.


35.  Et ils racontèrent ce qui leur était arrivé en chemin, et comment ils l'avaient reconnu au moment où il rompit le pain.


36.  Tandis qu'ils parlaient de la sorte, lui-même se présenta au milieu d'eux, et leur dit: La paix soit avec vous!   



Ce passage m'a toujours profondément touchée. A chaque nouvelle étape de ma marche avec Dieu, d'une façon ou d'une autre, le Seigneur m'y a ramenée. Aujourd'hui, je comprends que tandis que nous cheminons sur un sentier d'obéissance et de consécration avec Lui, Dieu nous amène à des dimensions de révélations plus élevées, en nous formant, en nous instruisant dans les Ecritures, mais aussi en nous apprenant à le suivre.


Obéir est plus facile que suivre. Les disciples étaient déjà en chemin, quand Jésus les rattrape. Il vient les éclairer car la douleur du chagrin les aveugle, comme c'est parfois le cas pour chacun d'entre nous. l'absence et l'incompréhension s'ajoutent à l'incertitude du lendemain pour créer un grand mal-être.


Les disciples étaient donc sur le chemin du retour vers un vécu plus connu, plus balisé, faute de savoir comment et que faire d'autre.. Le Seigneur voit leur perplexité et vient à leur rencontre. C'est progressivement qu'Il les forme, en les ramenant vers les Ecritures, en illuminant leur intelligence afin qu'il fasse sens de tous les évènements qui ont crée une rupture et plus encore un véritable changement de paradigme dans leur vie.


Jésus les prend au niveau où ils sont et les fait cheminer vers une meilleure appréhension de la vérité. Ils écoutent et reçoivent, quelque chose en eux commencent à vibrer  mais ils n'en sont pas conscients et ne distinguent pas encore nettement ce qui est entrain de se faire dans leur vie.. Tandis qu'ils continuent à cheminer, ils se concentrent sur ce que le Seigneur dit, explique, révèle et ils y prennent goût. Leur chagrin fait place à une ouverture d'esprit de nature à recevoir de plus amples révélations encore..

C'est curieux que le Seigneur n’ait pas chois de se révéler dès le début de leur rencontre. Il aurait pu dévoiler son identité dès ses premiers mots, mais Il a choisi de ne pas le faire. Il ne s’est pas imposé, car Il ne s’agissait pas de les reconnecter à une relation charnelle avec leur ami Jésus, mais à une relation spirituelle à Dieu en  Lui pour que leur âme prenne son envol..

 

Il ne s’agissait plus d’avoir des relations personnelles avec le Jésus terrestre qu’ils avaient connu, mais de comprendre réellement, profondément, enfin, qui est Jésus. C’est donc par un cheminement qui a pour but de les éduquer, de les former par et dans la vérité, que le Seigneur les amène au stade où leur coeur pourra recevoir une dimension de révélation supérieure et nécessaire au changement de paradigme qui est entrain de s’opérer..

 

Jésus ne leur a pas imposé un changement de direction, Il a cheminé à leurs côtés en les formant, en leur ouvrant un accès à une meilleure appréhension des Ecritures, en versant la Parole dans leur coeur, de telle sorte qu’ils soient touchés au plus profond d’eux-mêmes.

 

Remarquons que malgré la douleur du deuil et du chagrin, les disciples sont restés à l’écoute, ils avaient besoin de réponses, soif de mieux comprendre, ils ont donc continuer à cheminer sur ce sentier de révélations. C'est en ce sens que parfois, suivre est plus difficile qu'obéir à des règles explicites et claires.

 

Ce sont souvent les moments d’épreuves, de questionnement profond qui nous amènent à quitter ou à revisiter nos certitudes pour se tourner vraiment vers le Seigneur et être capable de rester concentré sur Lui. Ce sont souvent ces moments de solitude, de perplexité, quand on a perdu des appuis précieux, qui sont utilisés par le Seigneur pour nous reconcentrer sur Lui. Il nous rencontre à notre puits, comme la Samaritaine, là où nous avons l’habitude de venir puiser nos ressources et Il engage avec notre coeur un dialogue qui va nous mener à une dimension de plus grande révélation.

 

Souvent, Il met d’abord notre coeur à nu, en nous ôtant nos idées préconçues et autres stéréotypes. Souvent, Il chemine avec nous comme un excellent pédagogue pour nous faire admettre nos besoins, reconnaître nos failles, abaisser nos murailles et accepter de paraître devant Lui sans fard. Les larmes abondantes que nous versons, dans de tels moments, lave nos visages de tous les masques que nous y avions apposés pendant plusieurs saisons et nous sommes amenés à regarder de plus près au visage du Seigneur pour y trouver consolation, sécurité, et un nouvel élan.

 

Nous sommes reconnaissants pour ces moments car ce sont ceux-là qui nous enracinent davantage dans le Seigneur et qui nous permettent d’aboutir à une consécration plus profonde..

Il n’est pas étonnant que le soir venu, alors même qu’ils arrivent à destination, les disciples retiennent le Seigneur Jésus, ne veulent pas s’en séparer.

 

Alors qu’ils l’invitent à rester encore, c’est dans une intimité renouvellée avec Lui que Jésus se révèle plus encore et là ils réalisent qu’ils ont marché avec le Seigneur ressuscité. Heureusement, qu’ils n’ont pas interrompu le processus, qu’ils n’ont pas choisi de privilégier le chagrin, en balayant les paroles de Jésus qu’ils n’avaient pas reconnu. Parfois, c’est difficile de consoler certaines personnes, parce qu’elles préfèrent s’enfermer dans la douleur qui a tendance à s’imposer et à vouloir nous garder captifs.

 

Remarquons aussi la patience de notre Sauveur qui a cheminé avec eux, jusqu’à destination, et qui a attendu les effets de son enseignement, une invitation dans leur intimité avant de se révéler plus précisément : le Seigneur ne s’impose pas.

Il y a la une leçon d’équilibre à comprendre : il ne faut pas refuser de cheminer sur des sentiers de douleur, de sacrifice, il ne faut pas non plus considérer comme une catastrophe d’avoir à cheminer sur des chemins de perplexité, parfois, parce que tout concourt à notre bien, en Christ.

 

Si nous gardons nos coeurs et nos pensées remplis de la paix de Dieu, en résistant à l’anxiété et à l’amertume, le Seigneur peut cheminer avec nous, nous former, nous amener à une dimension de révélations plus élevée. Comme Abram, nous verrons alors, ce qu’Il a pourvu, ce qui va permettre le changement de paradigme dans notre vie.

 

Le changement est souvent douloureux, mais le Seigneur a pourvu. Il se révèle aux temps indiqués, et indique le chemin, montre les ressources, nous permet de devenir partenaire avec Lui pour l’accomplissement de sa volonté.

 

Les disciples ont reconnu Jésus avec, en plus, une telle connaissance de la vérité, que leur âme en a été profondément touchée. Eux-mêmes l’ont réalisé, par la suite, oui les Ecritures ont pénétré au plus profond. Sans tarder, comme la Samaritaine, ils ont trouvé en eux, un nouvel élan, une nouvelle direction : plus question de retourner vers leurs anciennes routines, peu importe que le changement implique de l’incertitude et des éléments inconnus, ils ont choisi de s’en retourner vers un nouvel horizon.

 

La foi en Jésus Sauveur et Seigneur a provoqué en eux, une capacité de s’élancer vers leur destinée avec la joie, l’enthousiasme, le feu de l’Esprit. La vérité procure une telle stabilité de l’âme, que même hors de sa zone de confort, de routine, de connu et balisé, elle sait s’élancer vers des horizons nouveaux et continuer à rayonner en Dieu.

 

N’ayons donc pas peur des chemins rocailleux d’incertitude et parfois de sacrifices ou de douleurs. Ceux qui appartiennent au Seigneur peuvent cheminer avec Lui sur ces sentiers qui deviennent des avenues de louange, de contemplation, de révélations, des dimensions supérieures d’obéissance et de consécration. Ils y trouvent la provision et les ressources que l’Eternel a préparées d’avance, ils y croissent et prospèrent pour que la volonté de Dieu rayonne là où Il les envoie.

Écrire commentaire

Commentaires: 0