Paix

Ephésiens 6:15: Mettez pour chaussure à vos pieds le zèle que donne l'Evangile de Paix...

Ah! la Paix.. J'ai lu tout récemment, un article de Rick Renner établissant une comparaison saisissante entre les chaussures d'un soldat romain d'autrefois, et la puissance de la paix de Dieu dans notre vie.

 

J'ai été interpellé par cette comparaison qui avait pour but d'expliquer deux idées importantes pour le chrétien aujourd'hui:

-d'abord que la paix de Dieu doit être fixée à notre coeur aussi solidement que l'était ce qui chaussait ces soldats. La description de ces chaussures m'a particulièrement intéressée, elles étaient puissamment protectrices et donnaient de l'assurance, de la hardiesse à la marche du soldat. Ce dernier s'en allait braver le danger, chaussé d'une assurance lui conférant tout le courage, toute la bravoure nécessaire, tout le sentiment de puissance dont il avait besoin pour avancer dans le camp ennemi.

 

En outre, ces chaussures étaient conçues pour lui donner de la stabilité, en toute sorte de conditions. Le terrain pouvait être pentu, ou rocailleux ou même rendu glissant, le soldat pouvait garder sa stabilité et rester ferme pour continuer à avancer, à combattre, à conquérir. Il fallait qu'il puisse rester debout, fermement, solidement et qu'il puisse avancer.

 

Son zèle, sa bravoure, l'énergie déployée au combat ne le déstabilisait pas parce qu'il était chaussé pour résister et à l'aise, stable pour déployer sa puissance au service d'une action efficace. Voilà donc ce que la paix nous procure. Voilà ce qu'elle apporte à notre vie. Une assurance, un élan, une stabilité, une capacité de se déployer malgré les circonstances, et même en terrain hostile. Elle garde et protège des ravages de la tempête. Notre coeur, nos pensées, nos émotions sont ainsi toujours en état de se consacrer entièrement à une action efficace.

 

 -D'autre part, ces chaussures constituaient aussi une arme puissante, supplémentaire pour marcher sur, vaincre, soumettre l'ennemi. Elles étaient équipées pour faire mal, pour blesser et même supprimer. Le zèle du soldat était ainsi armé, équipé pour continuer à avancer et à conquérir, soumettre l'ennemi, surmonter, vaincre, remporter la victoire. A chaque pas, non seulement le soldat restait stable, ferme, avançant d’un pas assuré et zélé, mais en plus, s’il rencontrait un obstacle quelconque, il n’avait qu’à marcher dessus.

 

De même, nous sommes équipés selon Luc 10 :19 d’une autorité qui nous permet de « marcher sur toute l’oeuvre de l’ennemi », ainsi « rien ne pourra nous nuire ». Cette autorité fonctionne à plein avec la paix qui garde notre coeur et nos pensées. Elle s’articule avec notre foi, notre capacité à garder notre assurance, notre zèle à servir Dieu et à demeurer ferme et efficace, en dépit des obstacles.

 

La paix dont parle ce verset est donc une arme à double fonction: elle garde et protège, tout en conférant un zèle conquérant en plus elle permet de surmonter, de vaincre l’adversité pour continuer à avancer. La paix est donc un élément indispensable à une action continue et efficace, elle nous permet de nous déployer quelles que soient les circonstances et de rayonner en Dieu.

 

Dans un monde où le bien est l’ennemi du meilleur, il faut pouvoir chérir cette paix, la promouvoir au point de veiller sur notre coeur pour la nourrir chaque jour.  L’ennemi s’acharne à nous empêcher de parvenir à ce degré de maturité qui nous permet de faire la différence, de rayonner en Dieu et pour Lui. Nos routines, notre religiosité ne le dérangent pas. Mais dès lors que l’on se positionne pour permettre au Seigneur de rayonner en nous et à travers nous, l’ennemi ne recule devant rien, il se manifeste à tous les carrefours pour nous barrer la route.

 

Ainsi, je remercie Dieu pour sa paix qui garde, qui protège et qui fait barrage aux tentatives d’asphyxie de l’adversaire. Je remercie mon Seigneur pour cette énergie que sa paix répand dans mes membres, pour cet élan, pour ce dynamisme, cet enthousiasme, qu’Il renouvelle dans mon être tout entier, chaque matin ! 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0