Confiance rime avec Souffrance

Romains 8: 28 Nous savons du reste que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein..

 

Pour certains, ce verset pourrait laisser à penser que confiance rime avec une telle assurance que point n'est besoin d'effort et de sacrifice, tout, le chrétien a tout à portée de main. Certes, nous avons tout à portée de foi, mais le Seigneur est meilleur pédagogue que cette théorie semble vouloir l'exprimer. Il sait de quoi nous avons besoin pour faire émerger la nouvelle créature dans tout son rayonnement.

 

Il sait nous donner ce dont nous croyons ne pas avoir besoin: quelques leçons, quelques contradictions, quelques montagnes à gravir, quelques déserts... Un peu, beaucoup de solitude; un peu, beaucoup de perplexité; un peu, beaucoup de paradoxes et de stupeur... Quand on se croyait établi, nous voilà chancelant; quand on se croyait debout, nous voilà à genoux; à ceux qui avaient perdu l'habitude de pleurer, de quoi rendre ce coeur fier plus malléable et ce regard moins arrogant..

 

Certains virages sont plus longs, plus dangereux, il faut ralentir sinon on se retrouve dans le décor; certaines lignes droites sont trompeuses: un accroc dans la route et on se retrouve encore, dans le décor. Dieu seul connaît le relief de notre vie, l'ergonomie de notre existence et les objectifs qu'Il lui a assignée. Quand on a trop d'appuis, trop de certitudes, paradoxalement, on est peut être déjà en danger.. Parole de scout, expérience vécue. On se croit souple et flexible, il suffit d'être décontextualisé, transporté dans un autre décor et nous voilà raide de peur, de perplexité et d'un trop plein de confiance qui vous paralysent. On se sent vide et incapable d'avancer parce qu'incapable de se remettre en cause. 

 

Certains éléments nouveaux peuvent nous déstabiliser au point qu'on se perdrait corps et âme si notre Dieu bienveillant et fidèle ne nous tenait pas dans sa main sûre.. C'est alors que la souffrance s'installe.. quelle soit physique ou mentale, elle rend perplexe et nous met à genoux.. Tout vacille, et tout est remis en cause. Les compteurs sont remis à zéro, et il faut vite comprendre que la seule alternative.. c'est l'abandon de soi. 

 

C'est simple à dire, difficile à comprendre et douloureux à faire ! La paix semble vouloir vous quitter et la confiance s'étiole. On se découvre faible, lâche et sans perspective, tout d'un coup... la vie n'a plus le même goût.. Dieu sait, heureusement nous préparer à la difficulté, Il sait nous conduire vers et dans l'adversité. On n'y arrive ni trop tôt, ni trop tard: juste quand on est assez équipé pour tenir mais pas encore trop orgueilleux pour jeter l'éponge, le bébé et l'eau du bain... Nous ne sommes pas de ceux qui abandonnent le Seigneur !

 

C'est bon de savoir que quand nous sommes faibles, Il est fort et que cette faiblesse travaille à nous rendre plus forts; vraiment plus forts, et toujours plus équipés pour l'avenir. C'est bon de savoir que le Seigneur voit nos vraies faiblesses, celles qui restent invisibles à l'oeil nu, celles qui nous font paraître forts et nous rendent vulnérables et "croquables" par l'ennemi. C'est bon de savoir que le Seigneur sait comment combler les vides, et réduire les excès dans nos coeurs et dans nos vies.

 

C'est bon... mais ça fait mal.. C'est bon mais quand ça dure...c'est comme des contractions... plus le moment de la délivrance approche et plus la douleur s'intensifie, c'est à peine si l'on se souvient qu'il s'agit d'un heureux évènement et que la vie va exploser... bientôt... bientôt !

Écrire commentaire

Commentaires: 0