Dieu et nous...

Luc 2:19

 

Marie gardait toutes ces choses, et les repassait dans son coeur.

 

Ce verset est aussi court que profond. Femme; mère comme Marie, je mesure toute la perplexité de cette jeune fille qui a soumis sa vie à Dieu et est devenu le lieu sacré de la venue de notre Sauveur.

 

 

Sans tout comprendre, Marie garde dans son coeur les témoignages de l'oeuvre extraordinaire de Dieu, à travers elle. Elle est tout à la fois acteur et spectateur de ce que fait l'Esprit de Dieu. En effet, bien que totalement impliquée dans l'action, Marie demeure à l'écoute et prête attention à tout. Rien ne lui échappe de sorte que ces évènements ont pu nous être rapportés.

 

Au-delà du témoignage, je pense, cependant, que Marie cherchait à bien comprendre ce que Dieu faisait . Elle cherchait sans doute aussi à bien rester en communion avec l'Eternel et avec son oeuvre. Marie a cherché à rester à sa place, à permettre à tout le plan de Dieu de s'accomplir, sans l'affecter d'aucune manière.

 

Par sa foi mais surtout par son attitude, Marie permet au Seigneur de dérouler tout son projet. Quand l'humain fait équipe avec le divin.. Quand Dieu peut nous utiliser parfaitement, sans que notre humanité fasse obstacle, ou ne vienne affecter, son plan divin, alors l'Homme prend toute sa place, et sa vie est vie, vraiment.

 

Aux yeux des hommes, les circonstances de la naissance de Jésus ne sont pas sans souffrances et difficultés pour celle qui avait été choisie pour devenir sa génitrice. Le rôle de mère de Marie, en effet, devait l'amener à prendre grand soin de petit être si différent, si précieux ! Mais ce rôle ne pouvait empiéter sur celui de Dieu, son Père: Marie était un outil aux mains du Maître, et son rôle de mère portant le Fils de Dieu ne pouvait ressembler à celui des autres mères.

 

Dieu, en effet, pilotait Lui-même l'avènement de son Fils, et l'humain devait savoir comprendre suffisamment ce principe pour rester à sa place. Marie ne pouvait pas accéder à ce niveau de maturité qui lui aurait permis de tout savoir, car l'intelligence de Dieu est insondable et nous ne pouvons nous en approcher. Nous pouvons cependant recevoir tout ce qu'Il nous a préparé, tout ce qu'Il nous révèle, et coopérer avec Lui, en restant à notre place pour Lui permettre d'accomplir tout son projet.

 

Marie, aurait voulu s'approprier ce petit bout d'humain, mais très vite, Dieu lui révèle ici et là, pas à pas ce que l'ange lui avait déjà annoncé : c'est du Fils de Dieu qu'il s'agit: ce n'est pas un enfant comme les autres, et Marie ne sera pas, pour Lui une mère comme les autres. Elle devra articuler son action avec celle de Dieu, en se limitant au rôle qui lui a été attribué. 

 

Bien heureusement, tout se passe comme l'Eternel l'a prévu, car Dieu est bien capable. Nous ne doutons pas que Marie ait été choisie pour sa capacité à coopérer avec Dieu, sans altérer son plan. Nous savons que Dieu ne peut pas échouer. Mais nous ne pouvons pas ne pas admirer cette belle qualité de Marie, cette qualité essentielle qui lui permet de coopérer avec le Seigneur. 

 

Les concepts de soumission et au-delà d'abandon à Dieu prennent tout leur sens, dans le récit de l'avènement du Seigneur Jésus: c'est ainsi qu'ils se définissent: dans le cadre plus large des plans et projets de Dieu et de notre place, par rapport à l'action divine. L'essentiel c'est donc bien ce que le Seigneur fait et veut faire, alors que trop souvent, nous parlons de nous, les humains.

 

Je crois, et même j'en suis persuadée, à écouter ce qui se donne à entendre et à lire, dans nos assemblées et sur les réseaux sociaux, que l'on parle trop des hommes et pas suffisamment de Dieu. Notre Seigneur, paradoxalement, prend souvent la seconde place, après nos débats, nos activités, nos tentatives plus ou moins maladroites de le servir. Je crois au contraire, que c'est quand Jésus est élevé que nous autres hommes sommes à la fois attirés et provoqués, mis en marche, selon le plan divin. 

 

Quand nous chantons, nous chantons notre expérience de Dieu, et il y a plus de louange que d'adoration... pourtant, c'est l'adoration, quand Dieu est exalté profondément que nous prenons notre place en Lui.. 

Quand nous prêchons, là encore, nous prêchons notre expérience, les efforts que nous devrions faire pour servir, mais rarement la pensée de Dieu, le message global de la Parole pour exalter Dieu, son Plan, sa Pensée, sa Volonté pour sa création. Simplement, et trop souvent notre désir d'édifier les hommes nous amène à confondre objectifs et moyens de l'atteindre. 

 

Nous prêchons notre objectif, alors que le meilleur moyen de l'atteindre, c'est de se concentrer sur Dieu et sur le message global de sa Parole. A vouloir être très pédagogue, petit passage par petit passage, nous mettons l'accent sur la lettre et souvent l'essentiel du message de la Bible qui doit transformer nos vies et nous amener  à une intimité profonde avec Dieu, échappe au plus grand nombre. Nous ne recevons pas toujours un dépôt dynamique qui nous pousse à nous abandonner à Dieu, mais plutôt à rester concentré sur nous pour gérer nos vies avec une discipline de fer.

 

Certes la discipline est un passage obligé, mais quand on s'abandonne à Dieu vraiment, Il nous amène bien plus loin, où nos vies sont dans sa main et s'articulent avec son projet, vers l'accomplissement de sa volonté...

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0