La Paix

Esaie 26 :3 Tu le garderas dans une paix parfaite, celui dont le cerveau s’appuie sur toi; parce qu’il se confie en toi. (KJF 2009)

(LSG2) A celui qui est ferme dans ses sentiments Tu assures la paix, la paix, Parce qu’il se confie en toi.

A celui qui a choisi la paix, Dieu accorde la grâce de pouvoir garder cette paix, en tout temps. Ces deux versions expriment explicitement que la paix s’obtient d’abord par une décision volontaire, personnelle et consciente de s’appuyer sur Dieu.

Il y a tant de choses à souligner dans ce passage :

1.cette paix commence par un acte de foi, une volonté fermement établie de faire confiance. Comme pour toutes les autres promesses, c’est une volonté ferme (Jacques 1 :6  ).C’est un acte déterminé de se reposer sur le Seigneur de toutes ses forces. Personne ne peut faire ce choix à notre place. 

Notons aussi, que faute d’avoir fait ce choix, aux temps favorables, tout l’édifice de notre vie peut s’écrouler. Celui qui a entendu la Parole, mais n’a pas choisi de faire le choix de s’appuyer sur le Prince de Paix, a construit son existence sur le sable, et prend le risque d’une grande déconvenue.

D’autres passages, comme Jérémie 17 :5, mettent chacun en garde, dès  l’Ancien Testament : il est extrêmement dangereux de s’appuyer sur les hommes ou sur soi-même car le cœur de l’humain est désespérément mauvais  (Jérémie 7 :9).  Celui, donc, qui ne peut faire le choix de répondre à l’appel du Saint-Esprit, à l’invitation de Dieu et ne peut choisir de laisser rentrer dans son cœur, le Prince de paix,  va au devant de grands tourments.

Il y a pire : certaines personnes ne pensent à se tourner vers Dieu que lorsque les problèmes surviennent. Ils considèrent Dieu, en fait, comme un hôpital, comme une banque…bref comme Celui qui peut solutionner les incidents de parcours et leur permettre de reprendre le cours de leur vie. Le problème de cette conception de Dieu, c’est qu’elle ignore l’avertissement de Jérémie 7.

C’est Dieu qui sait ce que doit être notre vie, cette vie doit lui être remise, car elle lui appartient. Jésus l’a rachetée au prix de son sang. Nous ne pouvons pas nous appuyer sur nous-mêmes et nos propres désirs, car la chair a  des désirs contraires à ceux de l’Esprit et elle ne peut pas se soumettre à Dieu (Gal 5 :17 ). Ceux donc qui choisissent, malgré tous les avertissements de se fier à leur propre capacité de faire les bons choix, se retrouveront en difficulté tôt ou tard. 

Quand, dans ces moments de détresse, on veut faire le choix de s’appuyer sur Dieu, on éprouve de grandes peines à se concentrer sur Lui, à causes des pressions et des tourments causés par les circonstances. Il faut alors pouvoir opposer une grande résistance à la douleur, pour se positionner face à Dieu et y demeurer pour recevoir sa paix et la garder.

On peut dores et déjà conclure, que la paix s’obtient par un acte de foi, en réponse à l’appel de Dieu, au temps favorable. Il s’agit d’un acte qui donne accès à la présence de Dieu, à ses promesses, à une dimension où Dieu peut piloter nos choix, et notre vie.

Mais il y a d’autres vérités importantes dans ce passage :

2. Tandis que l’on chemine avec Dieu, après ce premier acte de foi, il convient de se soumettre, et progressivement de s’abandonner entre les mains du Seigneur. Cet acte de foi, devient une marche avec Dieu, car c’est par une succession d’actes de soumission et de résistance que l’on parvient à former un caractère soumis au Seigneur. En effet, dans ce passage d’Esaïe 26 :3, il s’agit du cœur, d’autres traductions parlent du cerveau. C’est dire que tout le fonctionnement intérieur, profond, intime de l’homme se soumet à Dieu, volontairement et consciemment. Sous l’action conjuguée de la Parole et de l’Esprit Saint,  c’est un nouveau caractère qui émerge.

Si tout commence par une puis des décisions, progressivement, les décisions deviennent des produits d’un caractère transformé à la gloire de Dieu. Tout le projet de Dieu est là : puisque c’est le cœur de l’homme qui pose problème, c’est donc là que doivent intervenir les changements profonds. Ainsi l’homme sera capable de poser des actes différents parce qu’il aura été transformé de l’intérieur. Quand cette transformation nous permet de demeurer en Dieu, pour rester concentrer sur sa volonté, confiants dans ses promesses, en tout temps, le Seigneur Lui-même intervient pour nous garder en parfaite paix.

Ceci est tout à la fois promesse et certitude. Le Seigneur garantit les résultats parce qu’Il n’est pas un homme pour mentir ou pour changer d’avis. Il a élevé sa Parole au-dessus de son nom, c’est dire, qu’Il veille sur elle pour l’accomplir.

Notre Dieu sait que nous ne pouvons pas vivre réellement sans cette paix. Une paix bien-être, une paix qui nous garde entier, complet , en ordre et en état de marche parfait, en dépit des circonstances, sans céder , sans chanceler, sans faire de compromis… Cette paix est un produit de l’action de Dieu en nous..C’est un fruit de l’Esprit (Gal 5 :22)…C’est le résultat de la Seigneurie de Christ établie sur nos vies réellement et profondément et qui rayonne en nous et à travers nous..

Cette paix de Dieu est le résultat de la paix avec Dieu que l’on obtient quand on fait le choix de poser ce premier acte de foi…On permet alors au Prince de paix de s’installer aux commandes de sa vie, et tandis qu’on chemine avec Lui cette foi se transforme et nous transforme. Quand la foi évolue en communion personnelle et fusionnelle avec Dieu, en Jésus Christ, notre être tout entier est transformé en son image (2 Cor 3 :18). Pour que ce processus soit mené à son terme, Dieu nous garde en parfaite paix, malgré les circonstances, de sorte que son projet pour nous aboutisse. Mieux, les épreuves que nous rencontrons sur le chemin, forment notre caractère et contribuent à notre croissance spirituelle, tandis que nous demeurons soumis à Dieu, par Sa paix qui garde nos coeurs.

Que conclure alors ? Choisissez la paix: laissez de côté tout autre alternative, répondez à son appel aux temps favorables, et Il vous gardera en parfaite paix…

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0