Pardonner, laisser Dieu regner

"Si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi, mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos fautes." Matthieu 6.14-15

 

 

Quand nous prenons la décision de pardonner, nous envoyons un signal fort à nos émotions et nous les forçons à se remettre à leur place. Nos émois, ont, en effet, tendance à vouloir régir nos pensées, donc nos actions et nos réactions. En fait, c'est la chair, qui veut garder le contrôle de notre être et qui tente d'instrumentaliser nos ressentis pour continuer à diriger.

La porte de nos émotions est un passage que l'ennemi de nos âmes connait bien. Il sait nous manipuler pour passer par delà la barrière de la connaissance de la Parole, par dessus celle de la sagesse, contourner celle de la raison et de l'expérience pour nous paralyser par un flot de ressentis.

 

Si l'on y prend pas garde un événement isolé devient un complot, un incident minime devient une affaire d'état. Depuis l'histoire de Cain, nous savons pourtant que le pêché se tient devant la porte de nos émotions. Nous savons que la chair ne sait pas gérer les émois, c'est pourquoi nous devons nous en remettre à Dieu. Au lieu de lire les événements de notre vie, par le filtre de nos ressentis, nous devons amener toutes nos requêtes à Dieu et permettre à son Esprit de nous guider dans la compréhension, la gestion de nos situations avec la sagesse du Seigneur.

 

C'est ainsi que de nombreux passages nous encouragent à prier sans cesse, à faire connaitre, donc à présenter toutes nos requêtes au Seigneur, et à recevoir sa paix. Ce processus doit nous amener à dompter nos émois, nous débarrasser des ressentis qui polluent notre foi. Quand nous prions, nous ne répétons pas à Dieu nos griefs et nos offenses : nous lui soumettons la situation telle que nous l'avons vécue en lui demandant de nous aider à surmonter, et nous ouvrons nos coeurs pour recevoir la sagesse nécessaire pour comprendre, gérer, accomplir sa volonté, rester fort, continuer à glorifier son nom et à avancer. Si nous sommes détermines à glorifier notre Dieu en tout temps, Il nous remplira de force, de sagesse et de paix . Il nous montrera ce qu'il faut faire: Il a promis de nous guider (Romains 8:14, ( Psaume 32:8) et Il le fera.

 

En attendant que les choses changent ou évoluent, la paix de Dieu gardera nos coeurs et nos pensées ( Philippiens 4:19). Cette paix nous devons la désirer et surtout rester détermines à la garder. Ce n'est pas que nous accepterons n'importe quel compromis, mais,plutôt que nous nous en remettons à Dieu et nous gardons foi en sa Parole et nous restons fermes sur ses promesses. Nous refusons la rancoeur , le doute et toutes les oeuvres de la chair qui ne peuvent qu'aggraver notre désarroi.

 

Voila pourquoi, notre Seigneur insiste de manière si radicale sur le pardon. Il s'agit d'une énergie réparatrice qui cicatrise les plaies, permet la guérison, la restauration de ce qui avait été meurtri, sans que la blessure ne s'infecte davantage par des ressentis parasites et opportunistes qui conduisent à la ruine de l' âme et même du corps, quand on sait les dégâts que peut causer le stress. Le pardon nous permet de nous en remettre à Dieu. Et de le laisser nous guider dans l'analyse, la compréhension de la situation pour savoir quoi faire et comment le faire le moment venu. Ainsi c'est Dieu, par son Esprit qui demeure en nous qui dirige et contrôle notre fonctionnement, nos pensées et nos désirs.

 

L'enjeu du pardon, est donc dans la faculté de laisser l'Esprit régner plutôt que de se remettre sous le joug de la chair et sa tyrannie. Il s'agit donc de choisir qui va régner en nous: la chair ou l'Esprit de Dieu.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0