Psaume 73

Le psaume 73 résume le cheminement d’un enfant de Dieu et les premiers versets expriment bien ce qu’on ressent quand on est nouveau converti et que l’on croit encore que les oeuvres sont le moyen par excellence de rester du côté de Dieu,dans le pays où coule toujours le lait et le miel. (versets 1-16)

 

Quelque part, comme ce psalmiste, on a tendance à se comparer à ceux qui sont restés dans le monde et on s’attend à voir une ligne de démarcation très nette tracée par les bénédictions de l’Eternel. C’est alors qu’on est un peu surpris de considérer que les incroyants continuent à vivre confortablement, au moins en apparence, sans se soucier de Dieu. On ne comprend pas toujours que la grâce de Dieu pour nous s’est manifestée par des échecs, des épisodes douloureux qui nous ont poussés, avec l’aide de l’Esprit saint aux pieds de Jésus.

 

Pendant une saison, on est ainsi interpellé, et un peu en décalage par rapport à la Parole de Dieu. (verset 22J'étais stupide et sans intelligence, J'étais à ton égard comme les bêtes.) Mais bien vite, on entre dans le repos de la foi qui vient de ce qu’on entend et ce qu’on entend de la Parole de Dieu. Plus on est enseigné et plus on comprend comment l’amour de Dieu nous a retiré de ce qui ressemble à l’abondance mais n’en est pas, pour nous transférer dans un royaume où notre espérance est bien plus grande. 

 

La Parole nous apprend à construire notre trésor dans les cieux, à nous attacher à ce qui est éternel et céleste, à nous défaire de la tyrannie de l’orgueil, du matérialisme et du paraître. Tandis que les désirs charnels de la vieille nature, cèdent la place au fruit de l’Esprit, nous reconsidérons notre regard sur le monde et nous contemplons, reconnaissants, la hauteur, la profondeur, la longueur et la largeur de l’amour de Dieu pour nous.

 

Dès lors, Dieu devient notre tout, notre portion notre centre d’intérêt. C’est de Lui que viennent toutes nos sources, c’est avec ses valeurs, à la lumière de la vérité que nous considérons les choses du monde et le fonctionnement de ceux qui y vivent encore. C’est alors, que nous comprenons notre privilège d’avoir désormais une réelle et glorieuse espérance qui nous sert de boussole et d’ancre. Nous naviguons maintenant dans la vie, malgré les tempêtes vers d’autres destinations, et avec  d’autres valeurs.

 

Notre coeur ne se trouble point devant les possessions et les styles de vie des impies, nous avons des informations célestes qui nous rendent clairvoyants: le faux-semblant ne nous impressionne plus. Parce que nous sommes remplis de vérité, nous ne sommes comme ces bêtes frustres qui se laissent mener par le bout du nez jusqu’à l’abattoir..

 

Désormais (verset 24 :Tu me conduiras par ton conseil, Puis tu me recevras dans la gloire.) nous avons une visée, une prière, un désir; notre coeur ne s’y trompe plus. Il est déterminé et fixé, stabilisé et focalisé; Nous avons muri: nous ne sommes plus manipulés par nos émotions; nous faisons des choix réfléchis, à la lumière de notre connaissance et de notre foi. Nous sommes entrés dans le repos de la foi; dans le calme et la tranquillité nous nous attendons au Seigneur et nous renouvelons nos forces, là est notre victoire.

 

Jusque dans l’adversité nous conservons notre espérance, car ce repos nous garde libre, relax et permet à Dieu de nous guider.Nous ne bataillons plus pour avoir, nous ne nous laissons plus agiter par nos convoitises. Notre âme a trouvé le repos qui lui donne entière satisfaction (verset 25: Et sur la terre je ne prends plaisir qu'en toi.) C’est l’étape ultime de maturité. Tout ce que mon Dieu m’enseigne converge en mon âme pour aboutir à cette stabilité. Mes yeux ne promènent plus autour des regards inquiets, ils ne sont plus occasion de chute, mes émotions ne m’agitent plus. 

 

J’ai décidé (verset 26) Dieu sera toujours le rocher de mon coeur et mon partage. Dès lors, je ne suis plus balloté par tout vent de doctrine ou par les circonstances. Je demeure en mon Dieu et je donne tout accès et toute liberté à la Parole pour qu’elle demeure en moi et pour que  l’Esprit oeuvre en moi. J’ai permis à l’Esprit de m’amener au stade où cette intimité avec mon Dieu est ce qui me satisfait profondément et réellement; (verset 28 : Pour moi, m'approcher de Dieu, c'est mon bien : Je place mon refuge dans le Seigneur, l'Éternel, Afin de raconter toutes tes oeuvres.) Je suis donc désormais prête à le servir, à témoigner de ses hauts faits, à partager avec d’autres ce que j’ai reçu de mon Dieu.

 

Ah vraiment ! Ma chair et mon coeur peuvent se consumer : Dieu sera toujours le rocher de mon coeur et mon partage. (verset 26) !


 

Écrire commentaire

Commentaires: 0