LIBERTE

Genèse 1:26

Puis Dieu dit : Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu'il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre.

Dieu créa l'homme à son image, il le créa à l'image de Dieu, il créa l'homme et la femme.

Dieu les bénit, et Dieu leur dit : Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l'assujettissez ; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre.

 

De toutes les pensées de Dieu pour l’homme, la liberté semble être le principe fondamental, l’ossature de tout ce que le Créateur a pourvu pour nous. Créé à son image, nous ne pouvons être que libres, fondamentalement libres. Notre liberté n’a semble-t-il pas plus de limite que celle de Dieu. Elle n’est même pas limitée par Dieu, car dès les prémices de notre existence, nous l’avons utilisée pour faire de mauvais choix.

 

Dieu aurait pu nous créer comme les anges, et s’éviter ainsi bien des soucis. Mais Il a préféré nous créer à son image, et donc nous doter d’une absolue liberté. Ce principe de souveraineté de la volonté est essentiel parce que c’est de notre plein gré que nous devons choisir de nous soumettre à Dieu pour coopérer avec Lui. 

 

Cette liberté est le corollaire de notre mission : puisque nous avons été crées pour assujettir, nous devons nous-mêmes être et rester libres de tout ce qui s’opposerait à l’accomplissement de cette destinée. Cependant, force est de constater, que la pensée de Dieu, telle qu’elle est exprimée dans le passage précité de la Genèse, fixe le cadre de cette liberté. Il est clair que selon Dieu, est libre celui ou celle qui sait exercer cette souveraineté, dans la cadre de la volonté de Dieu. 

 

Certains y verront une restriction du champ d’utilisation de la liberté, et en seront attristés. Pourtant, il est clair, que la liberté de l’homme, découlant de sa ressemblance à Dieu, s’exerce dans le champ de la pensée de Dieu pour l’humanité, pour le rayonnement de l’homme dans son environnement. Cette liberté s’articule alors, avec toutes les vertus du coeur de l’humain qui devront être mises en action pour que la vie, selon Dieu, s’épanouisse sur terre.

 

Le Créateur, n’avait certainement pas prévu que l’homme utilise sa liberté pour piller, ravager, souiller et détruire son environnement. Il n’avait pas destiné l’homme à s’auto-détruire en abusant de toxines trouvées dans son environnement ou en détournant certains éléments de leurs usages naturels. Cette liberté ne ressemble d’ailleurs plus à une liberté, mais à un esclavage, tant l’homme est devenu dépendant de ces exactions et de leurs effets. C’est au point que l’apôtre Paul décrira avec un réalisme étonnant, en son temps la condition devenue si misérable de l’homme :

Romains 7:14-18

Nous savons, en effet, que la loi est spirituelle ; mais moi, je suis charnel, vendu au péché.

Car je ne sais pas ce que je fais : je ne fais point ce que je veux, et je fais ce que je hais.

Or, si je fais ce que je ne veux pas, je reconnais par là que la loi est bonne

Et maintenant ce n'est plus moi qui le fais, mais c'est le péché qui habite en moi.

Ce qui est bon, je le sais, n'habite pas en moi, c'est-à-dire dans ma chair : j'ai la volonté, mais non le pouvoir de faire le bien

Car je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal que je ne veux pas.

Et si je fais ce que je ne veux pas, ce n'est plus moi qui le fais, c'est le péché qui habite en moi.

Je trouve donc en moi cette loi : quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi.

Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l'homme intérieur ;

mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres

Misérable que je suis ! Qui me délivrera du corps de cette mort ?..

 

Ce n’est certainement pas l’état dans lequel Dieu avait crée l’homme. En se laissant piéger par le diable, Adam et Eve n’avaient pas compris l’enjeu de la première tentation. Cette connaissance du bien et du mal, promise par l’ennemi de nos âmes, n’a pas renforcé leur liberté, elle l’a annihilée. Cette première utilisation de la liberté avait largement dépassé le cadre de la volonté de Dieu et consistait même en une brutale transgression, un manque de confiance évident en Dieu.

 

Quel principe donc va prévaloir à la vie de l’homme pour préserver cette liberté originelle et se maintenir dans la présence de Dieu ? Un principe simple mais qui doit être mis en application en permanence, sans dérogation possible, et sans faillir : la foi. Parce que la foi possède cette vertu qui donne à Dieu accès à nos coeurs, et qui nous donne en retour accès au royaume de lumière de Dieu, elle nous permet d’adhérer puissamment à Dieu, de lui rester fidèle, en tout temps et de garder en nous sa Parole, agissante et efficace. 

 

La foi permet ainsi à l’Esprit de Dieu d’oeuvrer en nous. Parce que nous utilisons notre liberté pour nous soumettre à Dieu et lui donner un accès total à notre être tout entier, sans le limiter en rien, nous coopérons ainsi avec notre Créateur qui peut nous guider, nous conduire. Dès lors, notre liberté est renforcée, parce qu’elle s’exerce loin et malgré les pressions des hommes, de l’ennemi de nos âmes, et même des tensions et résistances de notre propre corps. La foi nous élève ainsi dans cet espace de liberté que Dieu a prévu pour nous. Elle nous permet d’évoluer dans cette dimension spirituelle où la vie (zoé) de Dieu en nous s’épanouit et accomplit sa volonté. 

C’est pourquoi Dieu a établi de longue date que l’homme vivra par la foi :

 Habakuk 2:4Voici, son âme s'est enflée, elle n'est pas droite en lui ; Mais le juste vivra par sa foi.

Un principe essentiel que Dieu répètera dans le Nouveau Testament, tant il est vrai que les hommes de tout temps et de partout devront vivre ainsi :

Romains 1:17 parce qu'en lui est révélée la justice de Dieu par la foi et pour la foi, selon qu'il est écrit : Le juste vivra par la foi

 

C’est au point que désormais, la liberté ne se peut retrouver que dans ce contexte de marche par la foi. En effet, aucune autre attitude n’est acceptable devant Dieu ( Hébreux 11:6). De plus, il ne s’agit pas seulement de croire, mais de s’approprier le message de la croix. Il s’agit désormais de reconnaître le sacrifice de Jésus sur la croix, sa mort, son sang versé, sa résurrection comme le moyen unique de s’approcher de Dieu INDIVIDUELLEMENT. Ce qui fait du christianisme une religion c’est son aspect collectif, ce qui fait de la foi une relation c’est son aspect personnel.

 

C’est à titre personnel que celui qui croit dans le sacrifice de Jésus se repent, reçoit le pardon de ses péchés, et se soumet volontairement à la souveraineté de Dieu, par Christ. C’est à titre personnel que celui qui croit dans les Paroles de Christ, l’Evangile, est réconcilié avec Dieu, par sa foi. Dès lors, il est justifié, par cette même foi, sachant que cela est rendu possible par la grâce de Dieu.

Romains 5:1Étant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus - Christ.

 

Dès lors que cette démarche est accomplie, le croyant se retrouve dans une dimension de liberté qu’il découvre progressivement et dont il va pleinement bénéficier avec le temps. Certaines chaînes vont tomber instantanément, d’autres plus lentement, mais sûrement car l’action conjuguée de la Parole et de l’Esprit est certaine, puissante et efficace. Par la grâce de Dieu, chaque coeur peut être ainsi restaurée dans sa liberté première. Ainsi la vie (zoé), la vie selon Dieu, c’est-à-dire la vie de liberté à laquelle Dieu nous avait destinée peut ainsi s’épanouir dans le racheté, selon la promesse solennelle de Jésus dans l’Evangile :

Jean 10:10 Le voleur ne vient que pour dérober, égorger et détruire ; moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu'elles soient dans l'abondance.

 

Cette vie en abondance, a souvent été limitée, par de nombreux orateurs, a une vie de réussites et de possessions d’ordre matériel nombreuses, mais si elle inclut ces choses, elle va bien au-delà. Il s’agit bien de la vie selon Dieu, la vie de liberté à laquelle nous sommes chacun destiné. Cette dimension de liberté et donc d’abondance nous permet de rayonner dans notre environnement selon le plan de Dieu pour nos vies, et de n’être limité en rien. Comme Paul, nous savons être dans l’abondance ou le dénuement, car ce qui importe c’est de rester libre d’accomplir la volonté de Dieu. 


 

Écrire commentaire

Commentaires: 0