La croix, un carrefour...

 Galates 1: 15- 16 : 

Mais, lorsqu'il plut à celui qui m'avait mis à part dès le sein de ma mère, et qui m'a appelé par sa grâce(...)

  Pendant longtemps, comme beaucoup de personnes religieuses, j'ai considéré cette période autour de la fête de Pâques, comme un moment précieux pour essayer de me remettre en question. Bien maladroitement, je regardais à la croix, mais surtout à la Passion de Christ, comme on dit, dans certains cercles...

 

 Cette croix s'élevait très haut au-dessus de moi, très haut et pas du tout à ma portée. Cette croix apparaissait et disparaissait dans ma vie, tantôt pour m'attirer, tantôt pour me condamner. A peine avais je le désir pressant de m'en approcher que déjà ma conscience me condamnait. Dans mon ignorance, je m'interdisais une relation pacifiée à Dieu, malgré mon jeune âge, je ne m'en jugeais pas digne.  Chaque année, à la même époque, je me promettais de pouvoir "faire mes Pâques" de manière satisfaisante.

 

 Mais l'année d'après, ma conscience me rejouait le même film, et tout, dans le scénario m'amenait à la même conclusion. Impossible de se tenir debout devant Dieu, la tête levée. Impossible de recevoir le message de la croix, avec un coeur aussi attristé et une conscience aussi chargée. 

Autant, cette croix laissait la majorité de mes amis indifférent, autant elle m'attirait tout en me repoussant. Pourtant, j'avais grand besoin du message de la croix. En rupture de relations horizontales et verticales, mon coeur se desséchait de désespoir. 

 

Cette incapacité à communiquer m'a tenue captive toute ma jeunesse : entre timidité et agressivité, sans être vraiment introvertie, mais bien trop réfléchie, quelque chose manquait... terriblement. Mes relations avec mes parents sont restées désastreuses pendant longtemps et je n'avais pas d'amis. J'aimais la solitude, mais cette solitude me pesait et me tuait à petit feu. Puis le message de la croix est entré dans ma vie : la grâce, la justification, la rédemption, le salut, la régénération...une relation enfin : stable, solide...

 

Quand il a plu à Dieu de me révéler en moi son Fils, la croix est devenue un carrefour. Il y avait devant moi, désormais d'autres perspectives. Je pouvais quitter l'avenue sur laquelle j'avais trop longtemps erré, cherchant, en vain, à mériter la grâce de Dieu. Je pouvais m'élancer sur la voie de Dieu , par la foi, en acceptant le sacrifice de la croix comme le seul moyen de se tenir dans la présence de Dieu, la tête levée. 

 

 Le sang versé pour me racheter, les meurtrissures pour ma guérison, les souffrances et l'agonie, la vilaine solitude... tout cela a raisonné dans mon coeur.. Je n'ai éprouvé aucune difficulté à m'approprier ce que Jésus mon Sauveur a fait pour tous y compris pour moi. C'est l'individualisation de la foi qui sauve. C'est quand on comprend que le message de la croix, bien que valable pour toute l'humanité, s'adresse à chacun, un coeur, une âme à la fois, la mienne, la tienne, la vôtre, c'est là que l'on peut ouvrir son coeur à la vérité qui sauve. 

 

Quand on accepte de laisser Dieu établir cette connexion divine entre notre coeur et le sien, en comprenant que cette paix entre nous est désormais possible par l'obéissance parfaite, par le  sang, par la mort, par la résurrection de Jésus-Christ et on est arraché de la puissance de l'enfer. Cette relation personnelle entre chaque coeur et Dieu, en Jésus-Christ qui l'a rendue possible, est le seul espoir de l'Homme.  Cette croix est donc un carrefour. Avant d'avancer, d'aller plus loin... regardez à la croix, choisissez aujourd'hui entre la vie et la mort; la vie que donne Jésus-Christ ou la mort d'une vie sans lui et séparée de Dieu.

 

 Ce n'est pas un choix de religion, il ne s'agit pas de querelle de clochers. Il s'agit de regarder à la croix où Jésus est mort, ensanglanté pour chacun de nous. La croix rappelle qu'Il a donné sa vie, son sang pour nous libérer de la loi du péché et de la mort. Jésus a versé son sang  pour clouer,  sur cette croix,  tout ce qui en nous, nous éloignait de Dieu : notre nature pécheresse. Aucune religion ne peut prétendre restaurer ainsi l'humanité, un coeur à la fois... Pourquoi y rester enfermé? 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0