VIVRE LIBRE

 Philipiens 2:5 "Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus-Christ"

L’épître aux Philippiens nous rappelle à quel point la feuille de route d’un disciple est à la fois simple mais profondément complexe.

 

De même que notre Seigneur, lors de son ministère sur terre, était mystérieusement homme et Dieu, de même, nous sommes appelés à vivre comme des hommes, parmi les hommes, mais pas seulement.

 

Nous sommes appelés à vivre avec un corps d’homme mais un être intérieur participant de la nature divine. Quand, pendant des années, on a présenté la foi comme une formule pour obtenir succès et prospérité, en tout temps, on a fabriqué des chrétiens légers. On a fabriqué des âmes sensibles, concentrées sur les chemins de la réussite pour montrer aux incrédules que Dieu est bon.

 

Il est clair, aujourd’hui que cette façon de prêcher l’Evangile laisse à désirer. Notre Seigneur nous a appelés à nous charger de la croix, à renoncer à nous-mêmes, et à le suivre. Il nous a appelés à garder son message pour être vraiment libre.

 

Ce message de la liberté doit revenir au centre de nos prédications, en sachant que la liberté, la vraie a un prix. Jésus a vécu, sous nos yeux, une vie absolument libre. Aucune forme de péché n’a eu la moindre influence sur lui, aucune pensée, aucune opportunité ne l’a poussé à s’écarter même d’un iota de la volonté de son Père. Jésus était donc absolument libre.

 

Cette liberté, après l’avoir démontrée par sa vie de tous les jours, en présence des apôtres, Il l’a démontrée en donnant sa vie, en versant son sang pour nous. Même les terribles souffrances qu’Il a été contraint d’endurer n’ont pas eu raison de sa détermination à accomplir toute la volonté de Dieu.

 

Cette liberté, Jésus est donc venu, s’est donné pour que nous aussi nous puissions en jouir. Jésus a vaincu le péché pour nous par sa vie sans péché et par sa mort. Il a vaincu la culpabilité, la séparation entre nous et Dieu, par une vie sans compromis, en obéissance totale à la volonté du Père. En sa qualité d’homme, Il a cloué la puissance du péché par son obéissance totale, et par les clous de sa vie donnée à la croix, et le sang qui a jailli.

 

Si le sacrifice de la croix a été accompli une seule fois pour toute, la vie d’obéissance, de victoire sur le péché est perpétrée par chacun de ses disciples, prolongeant ainsi la victoire du Maître sur les ténèbres. La liberté que Jésus nous a acquise, nous la gardons et nous l’utilisons chaque jour, pour demeurer libres du péché et victorieux contre les forces des ténèbres. 

 

Cette vie de liberté (zoé) rendue possible par le sacrifice de la croix, la puissance de la Parole dans le croyant, c’est la vie à laquelle nous avons été appelée, ce qui caractérise la nouvelle nature, et ce qui rend possible une vie au service de Dieu. Notre vie de disciple est donc plus complexe qu’il n’y paraît, à première vue : 

-Nous sommes riches de toutes les promesses de Dieu que nous pouvons établir sur nos vies, par la foi, mais nous sommes prêts à vivre dans le dénuement complet, si Dieu le veut ainsi, et pour accomplir sa volonté

-Nous avons un statut de personnes privilégiées devant Dieu : enfant, disciple, ambassadeurs, ouvrier avec Lui, vases d’honneur entre Ses mains, mais nous nous effaçons complètement devant sa volonté, seul compte son plan.

-Ce statut fait de nous, non pas des personnages importants, arrogants et vaniteux, mais des serviteurs se tenant toujours sur la brèche, pour les autres;

-Cette vie de liberté, nous rend esclave du Seigneur, déterminé à le servir, en tout temps, en toutes circonstances.

 

Comme Jésus, et avec les pensées qui étaient en Lui, nous sommes hommes, parmi les hommes mais avec une nature participante de la nature divine...

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0